Salon des grands 2014, pourquoi c’était encore cool

C’est donc ça que ressentent les petits dans un groupe, lors d’un rassemblement, un spectacle…

Direct dans le grand bain

Mon arrivée au salon des grands 2014 autour de 15h me met tout de suite dans le bain : une descente d’escalier plus tard nous ne sommes plus dans un monde standard où l’on profite des avantages de cette taille, cette tête de plus qui fait que l’on voit toujours au dessus des autres têtes, cette tête qui nous fait entendre des « oh j’y vois rien » ou « hey baissez-vous ». 15h était l’heure du défilé de mode du salon des grands, auquel j’ai pu assister cette année. C’était génial !

Les mannequins du défilé avec, en rouge sur la gauche Solène la marraine et Eric le parrain plus à gauche.

Après une courte recherche pour se caler dans l’intervalle de deux têtes de grandes (c’est donc ça qu’on doit faire !), la grande Solène Delannoy débarque dans une robe rouge pétant enroulée dans son boa à plumes noires. Une annonce de notre marraine Solène pleine d’humour et de folie, un bon coup de fouet pour remotiver les grandes sur ce signe particulier que nous partageons toutes. Les enseignes de vêtements et de chaussures sont mis à l’honneur avec humour et le défilé commence en musique. Chaque mannequin porte une sélection de la marque ou une nouvelle collection, on peut d’ailleurs repérer les nouvelles enseignes comme BE TALL (lire interview BE TALL) ou Flamenzo (qui fera l’objet d’un article prochainement). Tant qu’on est sur les nouveaux exposants 2014, citons en chaussures Mini Maxi, Esse de Lys ou Pas de Géant, et pour les vêtements My Tailor is Free. Comme l’an dernier, étaient présents Sacapuce, Pointure Extreme, Les Belles Pointures, Grandes-Chaussures, Long Tall Sally, Size-Factory, Altitude Plenitude.

Notre grand malade Eric Antoine était le parrain du salon. À eux, deux Solène et Eric ont mis l’ambiance. Étant donné que je suis d’une rare aisance sociale, je n’ai pas osé demander une photo ou un petit mot quand j’ai croisé Eric Antoine. Je crois que j’ai encore du boulot pour l’an prochain ! Le stand d’info sur le syndrome de Marfan était également présent pour faire découvrir cette maladie dont la grande taille est une des caractéristiques.

Je ne sais pas si c’est parce qu’on était samedi ou parce que la disposition 2014 étaient différente de l’édition 2013 du salon, mais j’ai trouvé la salle « chaussures » particulièrement bondée, difficile d’y placer un pied. Ceci dit sur la photo on voit quand même un petit qui est venu juste pour se moucher. Bref, tant mieux pour ce succès ! Cela peut aussi s’expliquer de part la mixité de l’offre pour les chaussures, alors que les enseignes en vêtements homme sont proportionnellement moins nombreuses.

Petit clin d’œil

Vue de l’extérieur, un tel salon destiné à une communauté pourrait paraitre sectaire ou insolite. Certains commentaires sur des articles d’actualités font même ressortir une guéguerre par rapport aux petits. Si le salon est ouvert à tous, il propose tout de même un certain confort que les grands ne vivent très rarement. Les « moyens » et « petits » donc, restent les bienvenus, (c’est un message régulièrement suggéré dans les publications de l’association organisatrice Altitudes), mais oui, les vêtements et chaussures difficiles à trouver sont là pour faciliter la vie des grands au quotidien, dans leur corps et dans leur tête. Alors message à nos chers journalistes, les « articles à sensation » font effectivement le buzz, mais si vous avez un minimum d’éthique, revenez sur le but initial du salon : faciliter, fédérer, trouver en un lieu un tas de solution pour mieux vivre avec sa taille. Le reste ben, ça nous passe au dessus de la tête 😉 L’attitude que je conseille est de s’informer ou de venir sur place à l’évènement, rien de mieux pour savoir de quoi on parle.

Petit coup d’œil

Un scan rapide du rez-de-chaussée du Pan Piper 75011 PARIS où se déroulait le salon.

Remerciements suite au défilé

Et puis c’était l’occasion…

On ne croise pas tous les jours autant de grands. Alors quelques grands ont profité de leur visite du salon pour, dans la foulée, revendre ou troquer des vêtements et chaussures de grands. J’ai ainsi pu acheter un pantalon beige Long Tall Sally, marque anglaise que l’on ne présente plus (interview Long Tall Sally, les coulisses de l’enseigne). Et il me va (à l’ère du « La mode, ma meilleure ennemie », je me plais à écrire ce rare constat !). Pour se retrouver avec ma « vendeuse », cette fois-ci je n’ai pas dit « je suis la grande à l’entrée » mais « j’ai un sac à dos noir ». Faut avoir le traducteur spécial quand on se retrouve entre grands.

Le salon des grands, c’est à refaire évidemment

Au salon des grands, on se marre jusque dans les toilettes, où une certaine complicité s’installe entre inconnues qui se retrouvent devant un miroir bien trop bas. Un grand merci aux organisateurs toujours aussi sympas, à nos deux grands parrains et bien sûr aux enseignes, de permettre aux grands d’avoir des fringues et des grolles comme il se doit. A l’année prochaine !

Reportage de France 3 sur le salon des grands, avec Alexandra Worth et Solène Delannoy