Cercueil pour grand? La mort nous va si bien…

Ce blog parle de nos galères de grands en mode vivants, mais qui aurait cru que même après la vie, ou plutôt, après la mort, on continue notre incompatibilité avec les standards?

Je vous parle ici des cercueils, parce qu’en mode cendres, la question ne se pose pas 😉 Un cercueil est basé sur la longueur standard de 1m85. Et quand on est plus grand, on fait comment? Plusieurs options…

Le cercueil sur-mesure

Une grande boite, ok, mais pour la mettre où? Et bien, a priori, dans un grand trou. Déjà il faut voir si le croque-mort propose effectivement du sur-mesure. Si vous avez deux jours à tuer, vous pouvez construire votre cercueil vous-mêmes, avant le jour J quand même.

cercueils cartons
Pour faire un carton le jour J

Alternative en vogue : le cercueil en carton. Le coût de vos centimètres en plus sera moindre en changeant de matériaux. D’autant plus que l’on peut personnaliser les modèles comme vous pouvez le voir ci-contre. Signés par une entreprise anglaise, quelques modèles bien délires pour rendre les pompes moins funèbres.

La législation des cercueils autorise les matériaux suivants : placage bois, bois aggloméré, contreplaque, carton recyclé alvéolé. L’épaisseur minimum doit de 22mm (variable pour les cercueils destinés à la crémation), épaisseur croissante en fonction du nombre de kilomètres effectués lors du transport du défunt. Les contraintes de conception ne concernent donc pas les dimensions, qui sont de toutes façons nécessaires pour qu’on rentre dans le cercueil ! Les caractéristiques de la norme D 80-001 relative aux cercueils ne sont pas obligatoire, et parmi elles une allusion aux dimensions existe : le cercueil doit supporter un poids de 100 k pour une longueur de 1,85 m. Cette longueur minimale ne convient donc pas à ceux dépassant 1m85, et il y en a quand même pas mal. C’est certainement cette norme qui fait que les cercueils en 185cm sont proposés par les pompes funèbres.

Admettons que vous trouviez moyen d’obtenir un grand cercueil… Si seulement le problème n’était que là…

Le trou sur-mesure

On s’est quand même démerdé dans notre société pour standardiser les trous, faut le faire quand même… bref, non seulement les places sont chères dans les cimetières (à prendre comme vous voulez) mais les trous dépassent sont proportionnels à la taille moyenne des cercueils. Autrement dit, soit on fait son trou, en sur-mesure, soit on adapte le trou déjà creusé à cet effet. Si on ne compte pas rentrer dedans, ça devient plus compliqué.

L’incinération

Un grand feu pour incinérer un grand, et hop « c’est dans la boîte ». Non pas que je fasse feu de tout bois mais cette solution a le mérite de clore le débat. Si le cercueil semble nécessaire avant la crémation (on appelle aussi ça caisse de crémation), la question du cimetière ne se pose plus.

Éviter de mourir

Fallait y penser, en évitant se désagrément, on n’est pas confronté à une longueur de cercueil qui ne nous conviendra pas. Si c’est pas de la relativité ça. Me voilà déçue, avec mes 1m84 j’ai donc la possibilité de mourir… Pfff quelle vie de chien.

On peut tenter de s’incruster dans une des dernières scènes d’Indiana Jones et la dernière croisade et taxer un peu d’eau du Saint Graal pour avoir la vie éternelle. Ah ben non, c’est du cinéma…

Mettre de côté dès maintenant ou faire un pot commun

Un cadeau d’anniversaire original, double clin d’œil à la naissance et à la mort, là ya du concept les mecs. Le hic : d’ici qu’on y passe, la norme D 80-001 sur la conception des cercueils aura peut-être évoluée et les cercueils pour grands seront plus entrés dans les mœurs (évidemment que ce terme est placé volontairement). Vous aurez donc économisé pour rien, et pour pas en profiter finalement. C’est l’État qui va être content avec les droits de succession sur vos économies.

Adapter non pas le contenant mais le contenu

Tu me diras, on sent plus rien une fois mort (enfin je m’entends) Alors pourquoi pas se plier en quatre ou enlever un bout de chaque jambe? Si on dépasse de 10cm le standard, et que cela engendre un énorme surcoût sur le cercueil, on peut se poser des questions sur le rapport cm/prix… Et n’oublions pas que le standard « longueur 185cm » ne tient pas compte du capitonnage intérieur, qui prend certainement un peu d’épaisseur et influe sur la longueur globale. Même mort, on se fait encore arnaquer sur les dimensions?

Pour éviter les remords

En avez-vous parlez à vos proches? Si vous sortez des standards, ça n’embête peut-être que vous ici et maintenant. Avant de basculer du côté obscur, autant se poser les bonnes questions et se renseigner. Quand on voit le temps d’adaptation des entreprises à la taille de la population, on a du souci à se faire : autant ne pas compter sur une éventuelle modification des longueurs standard, et étudier l’affaire de son vivant.

Mais l’espoir fait vivre

J’ai trouvé sur le net des cercueils supers funky de la mort qui tue, avec des couleurs à réveiller les morts. A l’ère de la personnalisation et du sur-mesure, on pourrait donc considérer que l’adaptation des produits va rentrer dans les mœurs.

Les mecs qui se croyaient seuls. Bon, on était moins nombreux…

Plus grand que moi tu meurs

Il faut admettre que ça va être super chaud de tracer des plans de tombes funéraires pour les cimetières présents et à venir, avec des dimensions hors du commun. Il va falloir prévoir plus de marge de manœuvre au niveau des emplacements, sans garantie de pouvoir remplir tel grand trou avec un grand, quelle galère, on se croirait dans Tetris…

Le mot de la fin, avec un extrait du poinçonneur des Lilas du grand Gainsbourg

S´faire un trou, un p´tit trou, un dernier p´tit trou
Un p´tit trou, un p´tit trou, un dernier p´tit trou
Et on m´mettra dans un grand trou
Où j´n´entendrai plus parler d´trou plus jamais d´trou
De petits trous de petits trous de petits trous

Article dédicacé à un ami passionné d’humour noir, surnommé « celui qui se met parterre » (qui se reconnaîtra).