Des produits et des hommes : adaptation pour grand

Constats et synthèse sur les incompatibilités entre « produits vendus » et « grande taille »

obama_sarko

Articles après articles, je commence à faire des regroupements, des généralités, quelques premières réflexions.
Il me paraissait intéressant de les formuler dans un article unique.

Les bidouilles, blagues, initiatives (pas forcément les miennes) et solutions pour les grands et les grandes m’invitent aux constats qui suivent.

Pour se procurer des objets du quotidien ou simplement vivre dans un environnement cohérent par rapport à notre gabarit :

  • on adapte l’objet ou l’environnement en lui rajoutant quelque chose
  • on cherche un objet dédié à notre gabarit
  • on va s’adapter soi (solution court terme, surtout pour le dos)

E=mc²

Ces réponses liées à notre besoin d’adaptation pourront en faire sourire certains, mais l’accumulation de ces détails rend le quotidien rapidement « énervant ». Et encore, pour ma part, je reste dans les « grandes tout court », j’ai toujours été la plus grande dans les groupes : le fait de voir toutes ces personnes qui me dépassent dans les groupes de grands sur Facebook me fait prendre conscience de la galère que ce doit être plus les plus grands et beaucoup plus grands que moi. C’est assez déroutant de voir qu’à partir d’un certains nombre de centimètres supplémentaires, la grande galère des grands commencent. Relativité power…

Extérieur / intérieur

Je constate également une différence de démarche et de comportement quand il s’agit d’adaptation en privé ou en public. Les solutions et les produits utilisés seront différents: on va privilégier le confort chez soi et l’esthétique en public, particulièrement quand le regard d’autrui est influencé par un modèle culturel prononcé. Et l’âge joue bien évidement. Constats plutôt habituels pour un tas de chose : propreté de la voiture en intérieur et en extérieur, maquillage au boulot, parfum quand on sort, chaussettes Damar et bas résilles (exemples au hasard hein!). Il y aurait encore une brave tonne d’exemples pour contraster la sexy-attitude du monde du paraître et de la mamie-attitude de monde intime…

Pour vivre heureux, vivons cachés. Ou pas.

La solution de « camouflage » semble particulièrement valable au moment de l’adolescence. Sachant que les produits pour servir cette intention de camouflage de sa taille me semblent quasiment inexistants (à part mettre des chaussures très plates, je ne vois pas trop comment on peut camoufler sa taille!). La souffrance que je perçois au travers de mes consultations de forum m’étonne de par son ampleur. Être mal à l’aise à cause de sa taille, je comprends puisque je l’ai vécu. Est-ce qu’aujourd’hui, les ados sont simplement plus démonstratifs? Exprimer son « coup de gueule » est suffisamment banalisé pour laisser libre court à la non retenue? Les tendances à s’exprimer « caché » derrière son écran inviteraient-elles davantage à râler pour un rien? Les exprimés des forums sont-ils représentatifs de la réalité? Ados un peu trop couvés qui se prennent en pleine tête la réalité des différences, d’autant plus renforcées par le pic de croissance de l’adolescence? Je préfèrerais croire en l’exagération de leur propos, car si leur souffrance est vraiment celle qu’ils décrivent, c’est plutôt triste, ça voudrait dire que l’orthographe n’est pas la seule à prendre cher sur ces forums. Je me permets ainsi de ne pas me focaliser sur cette solution « camouflage » qui, finalement, n’en est pas une car se cacher n’est pas une manière d’aller de l’avant, de construire quelque chose pour que son quotidien soit réellement meilleur à long terme. Facile à dire avec le recul je l’admets.

S’adapter nous-même, 3e solution citée, va plus tenir d’un comportement, d’une façon de se tenir, de bouger. Le produit et l’environnement étant plus des dictateurs que des acteurs pour cette réponse, je n’étudie pas non plus, du moins pas ici, cette solution.

Chéri j’ai rétréci ma taille. Ah bah non, ça marche pas.

Possibilités d’adaptation et démarche du tableau présenté

L’adaptation peut se diviser en deux démarches selon notre maturité, nos possibilités de temps et de financement : faire soi-même ou faire par un professionnel. Le tableau ci-dessous fait ainsi ressortir des solutions d’adaptation directe (par soi-même) ou indirecte (par un tiers) ainsi que la solution de partir de zéro, soit en trouvant directement le produit idéal pour grand(e), soit en passant par de la création sur-mesure (toujours par soi-même ou par un pro).

tableau_produits_hommes

=> Zoom : cliquez ici pour voir la tableau en + grand (facile celle-là)
=> Tableau téléchargeable en pdf pour impression : cliquez ici

Les adaptations nécessaires pour les grand(e)s pourraient se classer en types de solutions. À partir de la piste choisie, on va sélectionner ses produits parmi ceux proposés ou faire appel à du sur-mesure. Les notions d’adaptation et de création ressortent quant aux solutions (1ere colonne). Quelques exemples selon les produits du marché. Ce tableau pourrait peut-être vous ouvrir à d’autres types de raisonnements plutôt que de chercher des produits liés à une seule solution. J’ai tenté d’illustrer les cas avec des produits concrets. Ce tableau est très théorique, mais l’idée ici est de travailler sur la démarche mentale de l’adaptation. Cette démarche se transforme rapidement en réflexe que l’on a tendance à ne plus remettre en question.

Le tableau et le blog

J’ai l’impression que ce blog fait surtout ressortir des produits qui s’articulent autour de la solution « rajouter quelque chose aux objets » pour les adapter à notre taille. Peut-être que cela révèle une préférence à raisonner ainsi 🙂 Je compte poursuivre dans ce sens car il me semble que le principe de greffer à l’existant reste plus accessible et plus abordable. On ne réinvente pas la roue mais on se prend suffisamment en main pour intervenir sur le quotidien, pour qu’il reste notre pote !