Accessoires pour les grandes qui ont le syndrome de Raynaud

C’est moi ou on se caille? Y-a-t-il un lien entre la taille et le syndrome de Raynaud? Une chose est sûre, le syndrome de Raynaud touche surtout les femmes, et les problèmes de circulation du sang ne sont peut-être pas facilités quand on est grande. Cette maladie se caractérise par des douleurs ou un engourdissement des extrémités : en d’autres termes, c’est la fête du slip pour les doigts et les orteils. Le pied, c’est quand il fait vraiment froid, là le syndrome s’éclate.
Pour résumer, le corps se met en mode « on va alimenter l’essentiel », le sang approvisionne alors uniquement l’organe le plus utile… donc l’estomac ! Faudrait pas que certains croient ce délire, on n’est jamais trop prudent (mais manger, n’est-ce pas génial sans déconner?). Le sang approvisionne donc les organes essentiels à protéger, situés dans notre « tronc » pour faire synthétique.

Différents produits existent sur le marché, leur achat s’en voit facilité par Internet (Gloire à toi grande toile). Avoir le bout du nez ou le bout des pieds gelés, c’est pas top, mais les mains, c’est la grosse galère, surtout si comme moi vous ne sentez plus rien (la couleur de peau blanche ou violette, ça peut être un effet de style super fashion glamour, mais la douleur, ça reste gênant). Les gants chauffants n’existent donc pas que pour madame prout-prout qui veut garder ses mains au chaud, c’est aussi pour… madame prout-prout qui souhaite garder un minimum l’usage de ses mains histoire d’éviter la sensation de se balader avec des moignons. Manchotes, n’y voyez pas là de blagues tordues, et puis le syndrome de Raynaud du moignon, ça doit pas être terrible non plus (et là j’ai les assoc de manchots qui débarquent…).

Mes articles pour le syndrome de Raynaud

1/ Pour les mains, les chaufferettes

chaufferette-classiqueDans les poches au ski, en ballade où entre le moment où l’on sort de la voiture pour aller jusqu’à son rendez-vous. Pour ces trois situations, c’est bien pratique. J’ai testé les chaufferettes bas de gamme toutes petites que l’on actionne en « claquant » un cercle de métal. Par réaction chimique, le claquement vient bouleverser l’équilibre de la substance liquide contenue dans la chaufferette. La réaction qui transforme la substance en solide génère de la chaleur, et hop, on en profite. Vous en trouvez à Casa pour un prix dérisoire. On ne peut pas générer éternellement la réaction, et, à terme, moins de chaleur se dégage, chaleur qui est conservée de moins en moins longtemps. Bon dépannage on va dire. Il en existe des jetables également. Vous inversez ensuite le phénomène en faisant bouillir au bain marie la chaufferette dans une casserole, et vos chaufferettes sont réutilisables. Je vous conseille (après de nombreuses blagounettes et péripéties!) de placer un torchon (le plus petit possible, on va éviter de mettre le feu à l’appart, pour le coup on n’aura plus froid tu me diras…), je disais donc de placer un petit torchon entre le fond de la casserole et la ou les chaufferette(s). Vous évitez ainsi le contact direct entre le plastique de la chaufferette et la casserole. De mémoire, ce genre de produit est inférieur à 5 euros. Autres chaufferettes testées, un peu plus lourdes et plus encombrantes mais qui durent plus longtemps : même principe mais on voit que c’est plus costaud. La phénomène est plus lent, certainement parce qu’il y a plus de matière pour effectuer la réaction chimique. Le plastique est plus épais, la chaleur est mieux conservée. A ce jour je les possède toujours. Je ne connais plus la marque de ces dernières mais je vais me renseigner. Même système pour inverser le phénomène chimique: la casserole et le torchon. Ça ferait un bon titre de film ça non? En parlant de film, une fine couche de tissu entre vos doigts et l’extérieur est encore une façon de conserver la chaleur générée par la chaufferette. Pas toujours facile de se balader avec des vrais gants de chez gants : des gants très fins seront tout de même efficace et faciles à enlever pour manipuler clés, sacs, serrer des louches, bref le genre de choses qui peut vite énerver avec des mégas gants (ça peut aussi faire marrer l’entourage, tout est une affaire de contexte n’est-ce pas). Je n’en possède pas mais il existe encore un autre type de chaufferettes, merci Odile de m’avoir présenté le produit. D’ailleurs, Odile a oublié d’être petite elle aussi. Ça en rajoute une couche par rapport à mes doutes sur le lien taille/syndrome de Raynaud.

chaufferette charbonLa chaufferette d’Odile (tiens, ça ferait la suite du film de tout à l’heure!) émet de la chaleur beaucoup plus longtemps, et la conserve davantage. Ça ne correspond pas exactement à la photo mais c’est très similaire. La philosophie reste la même au sens où l’on déclenche volontairement une réaction chimique et on fait en sorte de garder la chaleur. C’est une petite boite en métal qui contient une sorte de coton, un tissu qui ne brûle pas, ce doit être de la fibre de verre. A l’intérieur, vous avez un bout de charbon (un solide noir combustible du moins). Pour lancer la réaction, cela nécessite d’être « bien posée » puisqu’il faut sortir le barbeuk, le lance-flamme et le masque anti-étincelle de l’autre fadade dans Flashdance. Bon je rigole, mais il vous faut tout de même vous organiser pour allumer ce bout de charbon, avec minutie, car il faut ensuite l’enfermer pour qu’il se consume dans la fameuse boîte en métal. Pour le coup, on oublie le mode moignon car pour lancer cette réaction chauffante, il faut être assez délicate. Mais, comble du trip du bien-être, l’effet chauffant dure plusieurs heures. Parfait pour ZE balade ou ZE journée ski. J’espère que celles qui ont désormais l’air de Flashdance dans la tête ne m’en veulent pas trop, mouhahaha !

 

2/ Les gants bioioniques de oufs. En d’autres termes, des gants chauffants.

   gants_chauffants_la_grande_blogueuse

1 an pour trancher parmi les modèles en ligne, et puis, c’est un budget. Après l’attente d’un TGV en Gare de Lyon à 20h en février (rien qu’à l’écrire, je claque déjà des dents), la phase ultime du syndrome de Raynaud se fait sentir. Du moins MA phase ultime, car le pire c’est la réelle « mort » du bout des doigts. Imagine la fille qui dit « j’ai perdu mes bouts de doigts en poirotant car mon train avait du retard ». Truc de dingue hein? Un train de retard, c’est pas croyable hein? Désolée je dois avoir le gène de l’ironie. Revenons à nos histoires de doigts de Schtroumpf. Ce pire moment a donc été le déclic, je ne peux pas rester comme ça avec cette douleur et cette incapacité de me servir de mes mains : impossible de répondre au texto de celle que je venais récupérer à la gare, impossible de lire en attendant (un support livre ou sur un Kindle, même combat, quand tu peux pas, tu peux pas). Un moment sans mains donc, ou plutôt si, elles étaient là juste pour faire mal, mais je ne pouvais pas m’en servir. De retour aux 37 degrés initiaux, les doigts en question se retrouvent quelques heures plus tard à taper « gants chauffants » sur Google. J’ai opté pour une paire de gants fins (c’était important pour le mode « ville/voiture ») accompagnés de moufles fines spéciales (dans un lot complet avec les gants). Ils sont rechargeables et les batteries se glissent au niveau des poignets. Le poids des batteries ne me dérangeait pas. Après, il faut faire son marché selon son besoin, son mode de vie, qui va influer sur le temps de chauffage souhaité. Cela fait un an que je m’en sers, je pense qu’ils me correspondent bien. Les moufles permettent de conserver la chaleur émise, sachant que vous avez trois niveaux de chaleur. Pour connaître le niveau émis, une couleur apparaît sur le poignet. Moi qui ne suis pas fan des trucs « flash », c’est limite, mais bon, la lueur est tout de même discrète, et ne clignote pas (encore heureux!). La question essentielle pour les grandes : la taille. Les gants sont fins et longs, j’ai pris « L / XXL ». Je suppose que c’est une fourchette plutôt standard (ouais, comme dans Édouard aux mains d’argents), ayant de grandes mains, c’est parfait niveau longueur des doigts. Chaufferettes et gants sont des solutions bien adaptées pour une utilisation extérieure, mais ça marche aussi quand vous êtes chez des radins du chauffage. Si eux choisissent d’évoluer en double polaire col roulé dans leur salon, ils n’ont pas conscience de contribuer à votre problème en mettant le chauffage au minimum. Évitez le conflit et prenez vos gants chauffants, cela vous évitera en plus de passer pour une chochotte 😉

3/ Repose-pieds chauffants, opération patards gelés

Suite à ces 2 cas pour une utilisation plutôt extérieure, je compte regarder le repose-pieds chauffant. Pourquoi ce choix? Suite à l’achat de mon fauteuil ergonomique, il m’est nécessaire de prendre un repose-pied pour être bien calée à mon bureau. Je précise que je suis à mon compte, donc libre de choisir mon matériel, et surtout, mon bureau est une pièce de mon domicile : donc pas de réelle contrainte d’aménagement ni de collègues sur place pour se moquer (comment ça je bosse en pyjama?). Je ne me suis pas encore décidée mais je vous tiens au courant sur lagrandeblogueuse.com de l’article que je prendrai. Pour l’instant, l’hiver n’est pas officiellement là et je me renseigne à droite à gauche pour avoir quelques avis et conseils sur ces reposes-pieds. D’autant plus que j’ai mes contraintes de taille! Les pieds constituent la deuxième partie vraiment dérangeante en cas de maladie de Raynaud. On ne les sent plus (pas de jeu de mot!!), ça peut faire mal, comme les mains. Ils deviennent bleus ou violets? Ça m’est égal. Mais le vautrage dans les escaliers quand je sors du bureau sous prétexte que je ne sens pas mes orteils, on va éviter. Parce que la grande blogueuse en moignon + jambe de bois, ça va commencer à être tendu là hein.

Il reste le nez et la bouche qui peuvent être froids et devenir partiellement insensibles, mais ça ne me dérange pas, et puis ça évite de raconter des débilités. Justement, bonne transition, l’article est terminé.